Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Vie municipale > L'édito du maire

L'édito du maire

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Election Présidentielle
Un choix de société

Ce n’est pas dans mes habitudes de traiter dans cet édito de sujets qui ne soient pas locaux. Mais cette fois, je dérogerai à cette règle, tant les débats qui ont ponctué la campagne de l’élection présidentielle, et ceux à venir dans la foulée pour les élections législatives, ont mis en lumière des enjeux de société qui nous concernent tous et qui impactent bien sûr notre vie locale.
Je ne parlerai donc pas des sujets pacéens, qui sont d’ailleurs très bien présentés dans ce numéro (le budget 2017, l’extension de l’espace Le Goffic avec l‘inauguration de l’Escapade, la préparation du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal et de la ZAC Bourg-Clais-Touraudière...), ni des critiques qui s’y expriment et qui deviennent lassantes à force d’être sans cesse répétées, en avançant des arguments toujours aussi infondés.
Avec cette élection présidentielle, notre pays connaît une évolution sans précé- dent du paysage politique.

La montée des mécontentements a provoqué aussi une montée des positions extrêmes, à droite comme à gauche, prônant le repli sur soi, un nationalisme exacerbé et un énorme retour en arrière, dans la construction de l’Europe.
Face à ce danger mortifère, j’ai estimé à la mi-avril, dix jours avant le premier tour, devoir prendre mes responsabilités en prenant publiquement position.
J’ai apporté mon soutien à Emmanuel Macron parce que j’ai considéré que son positionnement et son projet me paraissaient correspondre le mieux aux grands enjeux de notre pays : libérer les initiatives, moraliser la vie publique, alléger les charges des entreprises pour favoriser le développement économique et la création d’emplois, soutenir l’éducation et l’investissement, sans remettre en cause radicalement notre système de protection sociale.

Son projet faisait aussi clairement le choix de la poursuite et de l’approfondissement de la construction européenne. La cérémonie du souvenir du 8 mai nous a une nouvelle fois rappelé le combat de notre pays et de ses alliés contre le totalitarisme, ses dérives et toutes ses horreurs, le combat pour la liberté et la démocratie. Nous nous sommes aussi souvenus que l’Europe nous a permis de connaître une paix durable sur notre continent depuis plus de 70 ans.

Je ne peux évidemment pas cacher ma satisfaction devant le résultat de l’élection présidentielle, où une forte majorité de nos compatriotes et une majorité massive de Pacéens ont pris leurs responsabilités.

Je suis profondément convaincu que l’avenir de notre pays passe par la réussite du projet du Président de la République, un projet réformiste, ambitieux et réaliste qui permette d’obtenir des résultats positifs, à même de répondre aux préoccupations des Français. Une occasion historique aussi de dépasser les clivages politiques traditionnels, souvent stériles et archaïques.

Pourtant, on a vu dès le 7 mai que la tentation est grande, à droite comme à gauche, de retrouver les vieux réflexes partisans, où on s’affronte camp contre camp, et où on se positionne déjà comme forces d’opposition. Je souhaite pour ma part qu’une majorité présidentielle, rassemblant des personnes issues de différents horizons politiques comme de la société civile, puisse se dégager lors des prochaines élections législatives, afin de mener à bien les réformes nécessaires.
 

Paul Kerdraon

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct