Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > ZAC Bourg - Clais - Touraudière : 1 200 logements à l'horizon 2030 > Trois questions à Jacques Aubert et à Philippe Rouault

Trois questions à Jacques Aubert et à Philippe Rouault

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Quels sont les principaux enjeux et objectifs de ce projet d’aménagement ?

Jacques Aubert : Le premier enjeu est de conforter le rôle du Centre bourg pour offrir en un même lieu les commerces et services de proximité attendus compte tenu de l’évolution de la taille de la commune. Son dynamisme sera le garant d’une vie en société, lieu de rencontre de tous les citoyens. C’est pourquoi, autour de la nouvelle place de centre-ville sur le secteur An Dizkuiz, viendront s’implanter commerces et services, logements, notamment pour les séniors ayant besoin de la proximité des services, et une halle publique en son centre, abritant tous types d’évènements et animations.

Le deuxième enjeu est de poursuivre l’installation de formes urbaines permettant d’accueillir toutes les caté- gories de ménages dans un cadre offrant un haut niveau de qualité de vie. L’ancrage au territoire, la relation à la nature sont notamment les fondements du mode de vie d’une petite ville à la campagne.

Pour ce faire, l’objectif sera de maîtriser une croissance de la commune compatible avec l’accompagnement en services publics, équipements socio-culturels et sportifs. Une procédure de ZAC permet cette planification, de cadencer le rythme et de rendre cohérents les formes d’aménagement urbain et les investissements d’accompagnement.

Comment l’aspect environnemental a-t-il été pris en compte ?

Jacques Aubert : Quatre exigences principales ont guidé les études préalables :

  • Concevoir un aménagement urbain améliorant la gestion des eaux de pluie, s’appuyant sur la topographie, les zones humides existantes ou à créer, compte tenu tout particulièrement du caractère inondable de la vallée de la Flume.
  • Contribuer à la restauration de la biodiversité générale : nature en ville, connexion avec l’espace agricole alentour et jusqu’aux potagers à installer partout, vaste parc central à la Touraudière où une activité d’agriculture urbaine pourrait s’installer.
  • S’inscrire dans la transition énergétique nécessaire, en complétant la haute performance énergétique des futures constructions par l’expérimentation de réseaux intelligents d’énergie (dit «Smart-Grid») et d’un pilotage plus fin dans l’usage des logements grâce aux nouvelles applications numériques.
  • Limiter la consommation de l’espace agricole et structurer l’organisation spatiale pour faciliter le développement d’une mobilité plurielle et multimodale (transport en commun, covoiturage, cycles, piétons), visant, à l’échelle de la métropole, à réduire les engorgements aux heures de pointe.

De nouveaux équipements publics seront-ils construits pour répondre à l’accroissement de la population ?

Philippe Rouault : L’accueil de nouveaux habitants né- cessite des équipements publics outre les voiries, la future place An Diskuiz et les parkings. Cette nouvelle phase d’urbanisation ne devrait pas nécessiter la création d’une nouvelle école maternelle et primaire, l’accroissement prévu de la population devant juste permettre de maintenir nos effectifs scolaires.

La population globale augmentant, ceci engendrera de nouveaux besoins, notamment en transports publics avec l’étude d’une nouvelle ligne de bus afin de desservir les nouveaux quartiers.
De nouveaux équipements sportifs (salle, terrains), viendront compléter l’offre existante. L’extension de la mé- diathèque sera à prévoir.

La future place An Diskuiz devrait accueillir une halle, permettant une extension du marché et lieu d’événements culturels et conviviaux.

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct