Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > ZAC Bourg - Clais - Touraudière : 1 200 logements à l'horizon 2030 > Commentaires et observations sur la ZAC Bourg - Clais - Touraudière

Commentaires et observations sur la ZAC Bourg - Clais - Touraudière

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Après avoir été présenté aux Pacéens lors d’une réunion publique le 27 novembre 2019, le dossier de réalisation de la ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Bourg-Clais-Touraudière a fait l’objet d’une consultation en ligne du 10 janvier au 10 février.

 

Le conseil municipal sera amené à tenir compte de cette participation du public à l’issue de la consultation, sur la base d’une synthèse des observations et propositions, au moment de prendre la décision d’approuver le dossier de réalisation de la ZAC.

 

0-realisation-observations

1 - Projet de dossier de réalisation ZAC

2 - Complément d'étude d'impact

3 - Plans Techniques des secteurs

4 - Avis sans observation de l'autorité environnmentale

5 - Remarques sur dossier de réalisation Rennes Métropole


6 - Avis au public - mise à disposition numérique


7 - Notice explicative sur la procédure


8 -  Délibération - Lancement des études préalables - Projet création ZAC 2016


9 - Délibération -  Modalités de participation numérique du public 2018 - création ZAC


10 - Délibération - Bilan participation numérique du public 2018 - création ZAC


10 bis - Annexe note de synthèse des observations du public 2018


11 - Délibération - Approbation du dossier de création de la ZAC 2018


11 bis - Annexe à la délibération de création de la ZAC


12 - Délibération - Approbation traité de concession et désignation concessionnaire 2018


13 - Délibération - Modalités de participation numérique du public 2020 - réalisation ZAC


14 - Délibération de Rennes Métropole -ZACMultisites-PEP

 
 

 

Vos commmentaires (29)

Déposez votre commentaire

Votre pseudo*

Votre commentaire*

Code de sécurité*
captcha  

Valider

10/02/2020
Sophie Bataille a dit :

1 - Risques d'inondations à la Clais : le Bureau d'études semble confiant sur les précautions prises pour la construction de ce lotissement ; mais on s'aperçoit que les niveaux d'eau montent de plus en plus, et des immeubles de Beausoleil avaient les pieds dans l'eau ; est -on toujours aussi confiant ?
Est il prévu d'imposer aux constructeurs des modes constructifs spécifiques pour tous les sous sols, y compris fondations ?

2 - Saturation du réseau routier : Il semble que l'étude sur les conséquences de l'arrivée de 3000 à 3500 habitants sur la circulation à Pacé soit un peu optimiste. Il y a déjà un engorgement au niveau de la sortie de Beausoleil vers la RD 29, qu'en sera t il avec la Touraudière ? Les solutions proposées semblent insuffisantes.

3 - Equipements publics :
Maison Maxime : annoncé comme un équipement de proximité, sa rénovation est elle prévue dans le budget de la ZAC à la charge des concessionnaires ?
Par contre, aucun équipement public n'est prévu à la Touraudière : pourquoi ?

10/02/2020
Philippe CADET a dit :

Bonjour,

Le projet d'urbanisation du site de La Clais s'inscrit dans une densification déjà forte de Pacé. Si le projet semble pensé en harmonie avec son environnement (actuel, mais futur ?), on n'a pas forcément la même impression concernant l'évolution des déplacements dans la commune. L'axe contre lequel est développé le projet souffre déjà d'une forte utilisation, ce qui cause des nuisances sonores au voisinage, crée des risques forts pour les piétons, cyclistes et animaux dans la zone, et alimente des bouchons en destination de la bretelle d'accès à la route de St Brieuc (de et vers Rennes).
Le projet évoque des aménagements pour ralentir et sécuriser la circulation le long du lotissement, mais il serait indispensable de prévoir d'autres aménagements le long de sa perpendiculaire, sur le chemin de la Filanderie, car les problèmes déjà évoqués plus haut vont s'amplifier avec la densification de la zone (et l'arrivée de nouveaux conducteurs). Il en va de la sécurité et de la tranquillité des riverains (et des futurs habitants de la Clais).

09/02/2020
VAUTIER a dit :

vu l'etalement pavillionnaire sur Pacé et pour limiter les déplacements en voiture dans la commune et plus particulièrement de la périphérie vers le centre il serait pertinent que des pistes cyclables soient dévelopées avant même le début des travaux de manière à ce qu'il soit plus simple et plus rapide pour les futurs habitants de rejoindre le centre bourg en vélo ou autre mode de déplacement doux que d'utiliser leur voiture...sinon nous aurons au centre bourg qui continuera à être saturé et la voiture continuera à être REINE dans la commune.

09/02/2020
ambition partagée a dit :

Le projet de la ZAC multi-sites soulève des difficultés principalement dans 3 domaines :
1) les déplacements:
Les réponses apportées dans le dossier pour résoudre les difficultés de circulation routière qui résulteront de la création de 1200 logements sont insuffisantes. Il n'est même pas évident qu'elles soient de nature à résoudre les problèmes existants.
- la saturation des accès routiers aux grands axes (RN 12 et RD 29):
Les giratoires du Ponant et de la Planche Flagine sont déjà saturés aux heures de pointe . La mise en 2x2 voies du tronçon urbain de la RD 29 et le nouveau giratoire entre ces 2 giratoires ne vont pas en diminuer les flux. Qu'en sera-t-il avec l'accroissement attendu de la population au centre-ville et à la Touraudière ?
Il en est de même pour l'accès à la RN 12 au Pont de Pacé. L'aménagement d'un giratoire à une voie va sans nul doute améliorer la situation existante, mais qu'en sera-t-il avec la réalisation de la Clais ?
Ces insuffisances d'aménagement sont d'autant plus dommageables qu'aucune traduction de la volonté de développer des itinéraires de déplacements actifs (liaisons cyclables et piétonnes) n'est intégrée dans le projet de ZAC multi-sites ... ou de prévoir de nouvelles lignes de transport en commun. Seuls sont présentés les itinéraires internes, c'est à dire dans le périmètre de la ZAC, et esquissés ceux vers le centre-bourgs et les établissements scolaires.
De plus, l'étude d'impact et son complément n'ont pas pris en compte, au moment de leur élaboration, "les projets connus" des communes avoisinantes pouvant également impacter les accès aux grands axes. Ainsi, aucune aire de co-voiturage n'est programmée à proximité de ces accès.
- Le plan de circulation du centre ville :
Tel qu'il est présenté dans le projet de ZAC, il n'est pas de nature à régler les problèmes existants et à en faire une "zone apaisée" compte-tenu de la place réservée à la circulation automobile. Le maintien d'un double sens pour les véhicules ne permet pas d'assurer la continuité des pistes cyclables dans le centre. Les cyclistes seront obligés de rentrer dans le flot de voitures. De même, les trottoirs et les terrasses ne pourront pas être aménagés pour en faire un lieu d'animation et de convivialité sécurisé. Une pétition avait été lancée en 2015 pour que soit lancée une expérimentation de sens unique au centre-bourg : elle avait recueilli 350 signatures et a été remise au maire. Une telle démarche éviterait de lancer des travaux de voirie, lourds et coûteux, qui ne correspondent plus à une conception de centre ville, soucieuse d'environnement et d'y limiter l'usage de la voiture.
2) Le risque inondation
Les récentes inondations de décembre 2019 ont démontré que le risque inondation n'est pas maîtrisé dans le secteur du Pont de Pacé malgré les travaux réalisés ces dernières années (demande de reconnaissance de catastrophe naturelle). La gestion des bassins de rétention n'est pas opérationnelle. Il est évident que tout urbanisation nouvelle en amont sera source d'aggravation du risque. Le secteur de la Clais est particulièrement concerné. La gestion de l'eau y a été particulièrement étudiée mais les incertitudes demeurent notamment en raison de l'évolution du régime des pluies. Il paraît souhaitable que soit prévu un dispositif de suivi régulier du fonctionnement des ouvrages (bassin de rétention et noues).
3) Les équipements publics
Enfin, on peut regretter l'absence de réserves foncières pour l'accueil d'équipements de quartiers dans les 2 quartiers périphériques de cette ZAC multi-sites. Une telle absence ne peut que favoriser les déplacements et au pire en faire des quartiers dortoirs. Avec ce projet de ZAC, Pacé deviendra une ville moyenne de près de 15.000 habitants avec les besoins correspondants. Là encore, on peut regretter que l'étude d'impact n'ait pas intégré une étude des besoins des futures populations à partir des quartiers limitrophes de Beausoleil (pour la Touraudière) et de Vergéal-Le Chêne Amoureux (pour la Clais). L'échec d'un ancien projet pour ces derniers est trop ancien pour servir encore aujourd'hui de référence pour ne rien prévoir. La fermeture du dernier commerce au Pont de Pacé à la suite de l'inondation de décembre est très mal ressentie par la population de ces quartiers.

09/02/2020
Jean Paul Simier a dit :

Comme je l'ai déjà évoqué lors de la première enquête auprès du Commissaire enquêteur (2018), et encore lors de la dernière réunion publique du 27 novembre dernier, deux points me semblent particulièrement préjudiciables dans le projet de la Clais.
1-Proximité forte des zones ZNIEFF et autres à fort intérêt de biodiversité qui seront impactées par ce projet d'urbanisme
2-Et surtout Risque accrue d'inondations, en lisière du bassin versant de la Flume.

L'accélération du changement climatique n'est désormais plus contestée et établie par tous les scientifiques. Il s'agit maintenant de s'y adapter par des mesures concrètes et préventives, notamment lors des projets d'urbanisation. Ces derniers mois en France, mais aussi en Bretagne, et notamment à Pacé, les pluies abondantes hivernales nous rappellent de façon concrète, le risque accru d'inondation (directe et indirecte par infiltration).

Malgré tous les efforts qui seront faits dans ce projet (notamment noues pour retenir l'eau), la surface urbanisée et donc bétonnée, bitumée (plusieurs ha), en proximité de la Flume, réduira la surface naturelle d'écoulement des eaux et augmentera encore le flux d'eaux pluviales vers la rivière (des milliers de m3). Lors de la dernière crue de décembre 2019, assez forte, les eaux sont remontées jusque dans la parcelle à urbaniser (les riverains l'ont constaté et ont même des photos). Qu'en sera-t-il après ce projet d'urbanisation supplémentaire ?
Il y a donc un risque non négligeable d'inondation accrue pour les futurs habitants de la Clais (en bas du lotissement), mais aussi pour les autres habitants de Vergéal, et du Pont de Pacé, déjà frappés par des inondations ces dernières années.

Aussi, ne serait-il pas plus raisonnable:
-au minimum de revoir le périmètre de ce projet de la Clais et notamment de prendre une distance de sécurité supplémentaire en proximité de Flume (reculer de 30/50 mètres), comme cela avait été d'ailleurs discuté avec l'hydrologue présent lors de la réunion de novembre 2019
La distance de sécurité actuelle est largement discutable
-voire d'ajourner le projet en reconsidérant plus largement les risques avec les élus et techniciens du Bassin-Versant de la Flume, très au fait de ces nouveaux risques d'inondation.
Car il ne faut pas oublier que l'urbanisme s'accélère dans toutes les communes voisines qui rejettent leurs eaux pluviales dans la Flume.
A l'heure de l'augmentation avérée des risques climatiques et notamment d'inondation, on ne peut plus faire des projets d'urbanisme, comme on les faisait, il y a 20 ans.
Merci et cordialement
Jean Paul Simier, Habitant de Vergéal

08/02/2020
Louis-Guillaume Marquier a dit :

Bonjour,

J'ai regardé les plans d'aménagement du centre bourg.

Il serait plus judicieux de créer une piste cyclable à double sens dans l'Avenue le Brix, et de ne permettre l'accès au voiture qu'en sens unique.
Ceci éviterait les bouchons qui se créent souvent aux abords de la boulangerie Lebacle et faciliterait l'accès au centre bourg en vélo.

Merci et cordialement,

Louis-Guillaume

03/02/2020
Jean Peuzin a dit :

Remarques générales
Ce qui semblait raisonnable avant dans les projets d'aménagement ne l'est plus aujourd'hui : il faut changer les priorités pour la préservation de l'environnement et des terres agricoles
De récents rapports scientifiques ont mis en évidence l'urgence écologique. Les alertes des écologistes qui soulignaient la mise en danger des générations futures se trouvent non seulement confirmées, mais la situation est encore plus grave qu'annoncée par celles et ceux qui étaient taxés de catastrophisme. Ce ne sont plus maintenant les générations futures qui sont menacées mais bien les générations actuelles.
Le dernier rapport du GIEC met clairement en garde contre l'emballement climatique immaîtrisable qui pourrait survenir dans la deuxième moitié du siècle si nous n'arrivons pas rapidement à équilibrer les émissions de GES. Les effets du changement climatique se font sentir dès maintenant et ne vont que s'amplifier. Dans le même temps, un rapport des experts de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, dévoilé le 6 mai 2019, alerte sur l'érosion de la biodiversité avec un taux d'extinction actuel sans précédent depuis des millions d'années. Selon ce rapport, des changements sont encore possibles mais à mettre en oeuvre sans attendre.
Les événements météorologiques récents de notre région, fortes pluies après 2 années de sécheresse, illustrent bien cette situation et ont fortement impacté certains secteurs concernés par la ZAC multisites, comme l'illustrent très précisément certaines dépositions de la présente consultation.
Aujourd'hui les projets d'aménagement doivent être revus en supprimant les extensions urbaines dans les espaces sensibles sur le plan écologique.

Remarques sur le projet
En préambule, comme lors de la première consultation, le manque d'avis de l'autorité environnementale, dû à un manque de moyens alloués, est très regrettable. Cette pratique très fréquente de non avis dans les consultations publiques constitue un détournement des réglementations, notamment européennes.
Malgré le complément d'étude d'impact du projet, les réserves formulées lors de la première phase de la consultation ne sont pas levées : les points noirs du projet demeurent les risques inondation accrus et les problèmes de circulation accrus.

L'étude d'impact est approfondie sur chaque zone d'aménagement mais cela ne suffit pas : les événements récents et les constats précis effectués par les habitant.e.s concerné.e.s, consignés dans le présent registre, en sont une illustration remarquable.
La procédure retenue au titre de la loi sur l'eau nous fait craindre le pire dans cette absence de vision globale des problématiques d'inondation : il s'agit bien d'un découpage des procédures avec une vision réduite des zones impactées. Une étude d'ampleur sur les régimes hydrographiques doit être menée, avec notamment les incidences sur la Flume et sur les zones inondables, dont certaines sont habitées.

Étant habitant de Pacé depuis 26 ans, j'ai pu mesurer l'évolution des problèmes de circulation qui sont aujourd'hui très prégnants. La circulation en centre ville est un point noir et ne va pas s'améliorer avec le projet d'aménagement du centre bourg qui n'est pas assez novateur en la matière, en l'absence d'une véritable zone piétonne et d'une priorité stricte aux déplacements doux dans le centre ville.
Les secteurs de la Clais et de la Touraudière sont aussi particulièrement concernés avec un effet " entonnoir " pour les sorties Pont de Pacé et Ponant, particulièrement aux heures de pointe.
Les aménagements proposés des 2 ronds points vers l'Est ne résoudront pas le problème qui va s'amplifier avec l'augmentation de la population pacéenne. Les études de circulation ne sont pas à jour et sous-estiment les risques potentiels.

Jean Peuzin, habitant de Pacé, administrateur d'Eau et Rivières de Bretagne


03/02/2020
Romaric SCHWAB a dit :

Bonjour

Merci beaucoup pour ces documents.

Je m'interroge sur les futures conditions de circulation autour de la ZAC de la Touraudière
A-t-on accès à l'étude complète d'EGIS ? Sauf erreur de ma part, je ne l'ai pas trouvé sur le site.

La création d'une bretelle d'accès sur la RN 12 (sens Rennes-Saint Brieuc) au niveau de l'actuel IKEA est-elle toujours d'actualité (élément central de la régulation du trafic de l'axe RD 29 cf réponse juin 2018 avant l'abandon d'OPEN SKY) ?

Les conclusions de l'étude d'impact (de 2017) me paraissent optimistes:

" ...si des difficultés de circulation étaient à craindre, celles-ci se concentreraient sur les carrefours qui recueillent les flux d'entrée et de sortie au niveau de la RD 29."
Les difficultés de circulation sont déjà présentes aux heures de pointe et lors de situations exceptionnelles , nul besoin de conditionnel.

"Les études réalisées pour l'aménagement de la ZAC des Touches prévoient que la création de ce nouveau giratoire et la mise en 2x2 voies de la RD29 auront pour effet d'améliorer la situation actuelle. Aujourd'hui, ces travaux sont en cours, l'incidence de ces aménagements n'est donc pas mesurable "
Même si l'incidence n'est pas encore mesurable, quelles sont les hypothèses retenues ?

Car, pour rappel, au-delà des conditions de circulation actuelles (et de l'étude menée en 2017), il faudra ajouter :
- L'impact des 790 logements de la ZAC de la Touraudière
- L'impact des bus qui desserviront le quartier de la Touraudière
- L'impact des nouveaux habitats collectifs de la tranche 7 de Beausoleil (bâtiment livré en 2018 + bâtiments restants à réaliser)
- L'impact des nouveaux habitats collectifs de la rue de l'herbager (livraison 2020)


En conclusion, l'étude d'impact prévisionnel du secteur de la Touraudière me parait, pour le moment, bien légère pour éclairer et répondre aux défis de circulation à venir même avec l'aménagement plus conséquent intégrant le giratoire Bd Dumaine la Josserie x Rte de Chapelle des Fougeretz (cf étude complémentaire à mener préalablement à l'aménagement du secteur de la Touraudière).

Merci de vos éclairages
Bien cordialement


Romaric SCHWAB

03/02/2020
space a dit :

sur le projet de la clais faire un lotissement a cet endroit avec les risques d inondation pose questions de plus il semble que rien n est prevu pour absorber le flux consequent d automobiles l exemple du pont de pace sature pour rejoindre la 4 voies devrait donner a reflechir aux abords a savoir le chemin de vergeal pas d eclairage pourquoi??? non plus de reseau fibre au 2/4/6 pourquoi????

03/02/2020
RIO a dit :

Voici entre guillemets les réponses de l'hydrologue (IAO Senn, Mr Desnos) chargé des projets qui nous intéressent :

IAO Senn : " les ouvrages seront équipés de vanne dont la fonction principale sera de bloquer dans les bassins des pollutions accidentelles pour qu'elles n'impactent pas le milieu naturel."
Ma réponse : Les vannes seront donc utilisées en cas de pollution et non en cas de situation d'inondations...

IAO Senn : " les bassins ne sont pas dimensionnés pour réguler et retenir un pluie de 35 mm en une journée, mais pour un orage de 35 mm qui tomberait en moins de 2 heures. Car ce que nous cherchons à éviter en priorité, c'est l'impact d'un orage de 35 mm en 2 heures qui se produirait sur le site de la Clais, simultanément à une crue de la Flume. L'impact serait dans ce cas non négligeable. "
Ma réponse : Les bassins sont donc étudiés pour retenir l'eau provenant d'orages exceptionnels de 2 heures, or nos constructions ne sont pas vulnérables dans ce cas de figure, mais lorsqu'il y a abondance de pluies à l'automne et à l'hiver, avec saturation des sols et quantité de pluie sur plusieurs jours consécutifs. Il suffit de se référer aux précédentes inondations.

IAO Senn : "Les ouvrages sont conçus pour réguler les débits pluviaux rejetés à la Flume, la régulation entraînant une rétention de quelques heures (<24h). L'objectif est de réguler toutes les pluies, peu importe que la Flume soit en crue ou pas. Lorsque les noues et bassins auront atteint le niveau maximum de leur capacité, l'eau pourra s'évacuer vers la Flume via un dispositif de surverse. "
Ma réponse : Il y aura donc surverse lorsque les noues (qui sont de simples fossés végétalisés) et bassins seront pleins, donc pas de contrôle et déversement direct vers la Flume.



En conséquence de quoi, il s'avère que nos craintes sont justifiées puisque les dispositifs envisagés ne répondent pas aux situations d'inondations subies ces 25 dernières années.
Mr et Mme RIO, 53 Av Pinault, Pacé

03/02/2020
RIO a dit :

Bonjour,

Compte tenu de la proximité directe des projets de la ZAC Clais - Centre Bourg - Touraudière avec les zones inondables existantes à Pacé (notamment de la Clais), il nous semble essentiel de vous faire parvenir nos réflexions.

Tout d'abord, nous avons pu réaliser un état des lieux précis de la situation actuelle lors des dernières crues de la Flume, dont celle du vendredi 20 décembre 2019.

Nos observations sont de 2 natures :
L'étude des courbes sur le site internet de Vigicrue lors du mois de décembre 2019 montre une élévation d'une rapidité jamais observée du niveau de la Flume, au regard de la pluviométrie évaluée en volume/temps. Ce constat est partagé par le syndicat de la Flume qui a été " surpris de la montée extrêmement rapide de la Flume ". Ceci revient à nous faire penser que les bassins de retenue d'eau sont insuffisants en nombre et en volume au regard de l'urbanisation, et/ou qu'ils ne sont pas fonctionnels.
L'observation visuelle des zones inondées et des bassins de rétention des eaux pluviales. En effet, le dimanche 22 décembre, soit 48 h après les inondations (alors que le relevé de Pacé Tixûe indiquait encore 1,90m), seuls les bassins de Champalaune et celui au sud-ouest de la future Touraudière contenaient de l'eau. Les bassins à l'ouest de l'école du Haut Chemin à Pacé et surtout la zone d'expansion de crue du ruisseau du Saut Bois à Gévezé (conçu pour retenir 150 000 m3) étaient désespérément vides, alors que l'eau menaçait encore les constructions au Pont de Pacé. Pour Champalaune (110 000 m3), la vanne était partiellement ouverte, permettant de débuter la vidange progressive du bassin.

Ceci nous a amené à étudier en détails le dossier proposé sur le site de la Mairie de Pacé concernant l'aménagement de la Clais, du centre bourg et de la Touraudière.

Pour ce qui concerne la gestion des risques d'inondation, malgré nos mises en garde lors de réunions préparatoires à ces ZAC (dont la dernière le 27 novembre 2019), ainsi qu'une réunion spécifiquement organisée au sujet des inondations le 15 novembre 2017, il semblerait que nous ayons été mal écoutés.

Pour ce qui concerne le lotissement de la Clais, le projet d'IAO SENN (Gwenaël Desnos, par ailleurs injoignable...) nous donne pour la première fois des chiffres (Dossier Plan technique des secteurs - Plan du réseau des eaux pluviales - page 3 sur 22).
Il s'agirait de réaliser un bassin de 660 m3 au sud ouest de la zone aménagée, ainsi que des noues, principalement à l'est, en partie basse du terrain, d'une volumétrie additionnée de 587 m3.
Soit un total de 1247 m3.
Ceci correspondrait au " stockage " possible de 35 mm de pluie sur une surface de 50% de la surface aménagée de la Clais, soit environ 35000 m2.
Ces chiffres sont respectables.
Sauf que ces noues, une fois remplies par les pluies saisonnières habituelles ne pourront pas être vidées en temps voulu et de manière contrôlée, pour permettre de remplir leur rôle de collecteur en situation " d'urgence inondation ".
De plus, comme il n'est pas prévu de vanne au bassin de 660 m3, il aura très probablement une inutilité comparable au bassin du ruisseau du Saut Bois de Gévezé, ainsi que celui à l'ouest de l'école du Haut Chemin à Pacé.
Voici donc des projets d'ouvrages, séduisants sur la papier, donnant bonne conscience aux élus locaux, mais sans espoir pour les riverains de la Flume.

Enfin , pour le projet de la Touraudière, les plans ne nous livrent aucun chiffrage. Le reméandrage du ruisseau de la Créspinière n'aura probablement aucune utilité, comme celui réalisé dans le champ à l'est de la future zone de la Clais, totalement sous les eaux les 20, 21 et 22 décembre derniers !
En conséquence de quoi, nous demandons la suspension immédiate de ces projets, en attendant de nous donner de vraies garanties.
Mr et Mme RIO, 53 Av pinault, Pacé

02/02/2020
abouguen a dit :

quelles sont les dessertes prévues pour la circulation en plus de celles existantes ?
sur le secteur de la clais : rien alors que la circulation dans le secteur est déjà important. Il sera judicieux de calibrer les routes à ces nouveaux habitants
sur le secteur de la Touraudière : L'avenue de la Crespinière et la route de la Chapelle des Fougeretz ne sont pas calibrées pour absorber ces nouveaux habitants. Le rond point de la Planche Fagline ne pourra pas absorber l'afflux puisqu'il est déjà saturé aux heures de pointe. il faut intégré directement les voies pour les bus dans les schémas de déplacement.

02/02/2020
Ingrid Simonessa a dit :

ZONE INONDABLE
Des modifications anciennes du PLU de Pacé ont entraîné la requalification de zone urbanisée en zone inondable notamment au Bois de Champagne et au Pont de Pacé, avec les conséquences que l'on devine sur la valeur des biens d'habitation notamment. N'en sera-t-il pas de même pour le secteur de La Clais à court ou moyens termes. Quels engagements la commune peut-elle tenir en direction des futurs habitants/investisseurs de ce nouveau quartier ?

02/02/2020
Legoff a dit :

Voici entre guillemets les réponses de l'hydrologue (IAO Senn, Mr Desnos) chargé des projets qui nous intéressent :

IAO Senn : " les ouvrages seront équipés de vanne dont la fonction principale sera de bloquer dans les bassins des pollutions accidentelles pour qu'elles n'impactent pas le milieu naturel."
Ma réponse : Les vannes seront donc utilisées en cas de pollution et non en cas de situation d'inondations...

IAO Senn : " les bassins ne sont pas dimensionnés pour réguler et retenir un pluie de 35 mm en une journée, mais pour un orage de 35 mm qui tomberait en moins de 2 heures. Car ce que nous cherchons à éviter en priorité, c'est l'impact d'un orage de 35 mm en 2 heures qui se produirait sur le site de la Clais, simultanément à une crue de la Flume. L'impact serait dans ce cas non négligeable. "
Ma réponse : Les bassins sont donc étudiés pour retenir l'eau provenant d'orages exceptionnels de 2 heures, or nos constructions ne sont pas vulnérables dans ce cas de figure, mais lorsqu'il y a abondance de pluies à l'automne et à l'hiver, avec saturation des sols et quantité de pluie sur plusieurs jours consécutifs. Il suffit de se référer aux précédentes inondations.

IAO Senn : "Les ouvrages sont conçus pour réguler les débits pluviaux rejetés à la Flume, la régulation entraînant une rétention de quelques heures (<24h). L'objectif est de réguler toutes les pluies, peu importe que la Flume soit en crue ou pas. Lorsque les noues et bassins auront atteint le niveau maximum de leur capacité, l'eau pourra s'évacuer vers la Flume via un dispositif de surverse. "
Ma réponse : Il y aura donc surverse lorsque les noues (qui sont de simples fossés végétalisés) et bassins seront pleins, donc pas de contrôle et déversement direct vers la Flume.



En conséquence de quoi, il s'avère que nos craintes sont justifiées puisque les dispositifs envisagés ne répondent pas aux situations d'inondations subies ces 25 dernières années.

30/01/2020
Thierry r. des Haguins a dit :

1- La consultation ayant été indisponible à la consultation durant 3 jours, il serait souhaitable de prolonger la consultation jusqu'au 13 février.
2- Ce projet faisant courir un risque plus grand d'inondations dans le futur aux riverains de la flume, il serait souhaitable que la commune effectue auprès de ceux qui résident de chaque côté de l'actuelle zone inondable une consultation nominative, et collective avant de prendre toute décision. Il est indispensable que tous les riverains concernés sans exception soient informés, y compris les personnes qui ne surfent pas sur internet.

30/01/2020
PR a dit :

Habitant depuis plus de 30ans à Pacé sur la route de Gévezé, je vois régulièrement la zone du Pont Amelin inondée chaque année, et même les champs de part et autre de la route inondés, alors qu'ils sont déjà plus haut que la Clais. Je présume donc que le sous-sol doit être en permanence gorgé d'eau ! Comment peut-on prévoir un lotissement à cet endroit ? Après, ce sera aux futurs habitants de se révolter s'ils sont inondés, ne comprenant pas qu'ils ont été abusés !
Je ne parle même pas des désagréments qui seront engendrés par les travaux, car il n'y a pas d'autre alternative pour venir au bourg que cette route de Gévezé !!!! Puis quand les lotissements seront faits, les problèmes de circulation que çà engendrera !

30/01/2020
Bernard K a dit :

Je ne reviens pas sur les problèmes d'inondations du secteur du Pont de Pacé, déjà évoqués par d'autres, mais que ce projet de La Clais va forcément aggraver.
Je pense que c'est insoluble...
Mon reproche sur ce projet est que le sujet de la circulation automobile est totalement éludé.
Soyons réalistes : les nouveaux habitants n'iront pas tous travailler à Rennes en bus ou en vélo !
Même si ce n'est pas à la mode, il faut prendre en compte la circulation automobile.
Il suffit de voir comment nous subissons les conséquences du développement de St Gilles par des difficultés d'accès aux échangeurs et sur la RN 12 parce que ce point n'a pas été examiné.

Pour le secteur de La Clais, qui est celui qui me concerne, il me parait évident qu'il faut assurer une liaison routière correcte et sécurisée avec la RN 12 et l'échangeur du Pont, c'est à dire aménager la route de la Filanderie, étroite, sans trottoirs ni accotements, ainsi que le carrefour avec la route de Gévezé, et faire financer ces travaux par l'opération.
Le chemin de Vergéal est dans un état pitoyable, et ne constitue aucunement un axe pour piétons et cyclistes acceptable.
Au bas de la rue de Vergéal, il n'y a même pas de trottoirs, et les piétons marchent sur la chaussée.
Il faut traiter ces manques et ne pas se contenter de dessiner des flèches sur les plans, vers des aménagements extérieurs à la zone qui sont déjà insuffisants, dangereux ou médiocres en l'état actuel.

29/01/2020
Ingrid Simonessa a dit :

EQUIPEMENTS PUBLICS
Je ne vois pas de réserve foncière spécifique sur le site de La Touraudière qui permettrait d'envisager la construction d'un équipement public. Pourquoi ce choix ? Pourquoi ne pas avoir prévu une réserve (comme cela a été fait à Beausoleil) pour pouvoir se laisser une opportunité de répondre à un besoin d'équipement municipal ?

29/01/2020
Ingrid Simonessa a dit :

CIRCULATION
Je souhaiterais obtenir ou que soit accessible sur le site internet l'étude de circulation globale de Pacé avec la gestion des nouveaux flux des lotissements de La Clais et de La Touraudière évoquée lors de la réunion publique du 27.11.19.

29/01/2020
ACD a dit :

Bonjour. Est-ce que des commerces sont prévus sur la ZAC de la Touraudière ?

29/01/2020
le Roux a dit :


On n'a pas pris la mesure de la fragilité de la zone de la Clais
L'inondation dernière de décembre 2019 est un rappel à la réalité.mais le futur s'annonce plus inquiétant.Avec le changement climatique ,des pluies plus violentes sont prévisibles (nous avons eu un aperçu le 28/05/2018 à Pacé).et l'imperméabilisation très importante du terrain ne peut qu'aggraver la situation
Les constructions sur le versant pentu Est vont provoquer un déversement rapide des eaux de pluie dans le champ inondable limitrophe et augmenter forcément le niveau de la crue alentour (,ce n'est. pas une noue qui va retenir l'eau )
Comment comprendre la construction de 14 maisons individuelles au S/E de la maison de Maxime sur une nappe phréatique qui "remonte" (il y a des plaques d'eau à cet endroit tout l'hiver,M delahaye ainsi que Me Létitia Sitot ont pu le constater) .page 28 il est prévu que "la gestion des eaux pluviales à la parcelle" se fera sur les zones bleues au sud et au nord Cela se traduit comment?
il ne faut oublier que tous les ruisseaux venant du nord , du sud , de l'est se déversent dans la Flume au pont amelin au pont de pacé
Quels justificatifs probants pouvez apporter pour répondre (comme indique page 29) au principe d'une rétention positionnée hors zone humide et inondable ;dimensionnée pour une protection trentennale
Sérieusement une étude plus approfondie de la gestion des eaux pluviales est justifiée avant l'approbation pour la réalisation de ce projet conformément à la loi sur l'eau et au code de l'environnement


















lus violentes sont prévisibles (nous avons eu un aperçu le 28/05/2018).

26/01/2020
crikastep a dit :

Bonjour
Une nouvelle urbanisation sur le Pont de Pacé (projet de lotissement de la Claye) est-t'elle raisonnable, alors que le secteur est bien identifié comme sensible dans le Dicrim de la commune (2015)
https://www.ville-pace.fr/upload/espace/1/pj/7079_9794_DICRIM_Pace.pdf , et que les fortes pluies de décembre 2019-janvier 2020 viennent une nouvelle fois de mettre en difficulté les habitants limitrophes de la zone, malgré les mesures prises précédemment ?


26/01/2020
Thierry r. des Haguins a dit :

Bonjour,

Comme nous l'avons encore constaté en décembre, le risque inondation sur Vergéal - Pont de Pacé - Pont Amelin n'est pas maîtrisé, cela devrait conduire à appliquer prioritairement le principe de précaution.

C'est pourtant bien connu, l'urbanisation intensive accroît les risques et l'ampleur des inondations partout, sauf à Pacé apparemment, où il est semble-t-il apporté une très grande confiance à l'étude d'hydrologie qui a été menée.
Cette étude s'appuie, j'imagine, sur les normes définies administrativement et basées sur les observations des événements passés.

Or, l'impact à venir de l'élévation des températures sur le niveau de pluviométrie n'est pas mesuré, ni même le nombre et l'ampleur des phénomènes exceptionnels qui surviendront.
L'actualité nous montre que dans le sud de la France les normes semblent déjà aujourd'hui dépassées lors de phénomènes exceptionnels, et un nombre de maisons plus important qu'auparavant se retrouve dans l'eau, avec parfois des morts comme dans le Var.

Aussi, ce ne sont pas les 50 centimètres de marge au dessus de la norme pris dans le cadre des études du lotissement de la Claye, ni même les quelques noues prévues qui sont de nature à rassurer. Cette marge risque bien d'être submergée lors d'événements pluvieux exceptionnels à venir, et rendre inondable le lotissement de Vergéal aujourd'hui encore épargné par la montée des eaux.

En outre, je constate à la lecture de l'annexe 4, que l'autorité environnementale n'a pas eu le temps d'émettre son avis dans le délai de 2 mois, et que c'est donc par défaut que l'avis est réputé sans observation (Art R122-7 du code de l'environnement). Il est surprenant que sur un sujet aussi complexe et sensible la commune se contente d'un avis par défaut, même s'il est prévu réglementairement.

La municipalité serait sage d'arrêter ce projet dès lors qu'elle n'est pas en mesure de certifier qu'aucun événement climatique exceptionnel n'accroîtra le risque inondation dans le secteur.

Le projet de centre commercial de Pacé, très attendu mais désormais avorté, nous a montré qu'il était toujours possible d'arrêter un projet même bien engagé, sur simple décision politique.

26/01/2020
Masson Annette et jean a dit :

Raccordement au réseau eaux usées
Notre maison est située à gauche à l'entrée du village la Clais en face du futur lotissement. Sur le plan d'assainissement, nous ne voyons aucun projet d'extension hors de la ZAC pour le raccordement des eaux usées de notre maison. Or ce point était prévu et devait être réalisé au moment de la construction de la ZAC. S'agit il d'un oubli ?
Jean et Annette Masson

21/01/2020
Tanguy MENJOT a dit :

Bonjour,

Quelques questions dans tout de juste débat :

Qu'en est-il vraiment de ces vannes absentes et de ces bassins inexistants...
Il apparaitrait aussi qu'une urbanisation de plus en dense se mette en place, ce qui n'est pas sans causer des soucis de circulation routière et donc de nuisances de toutes sortes, cette-fois, qui se fait déjà sentir fortement aux heures de pointe.
De plus , malgré l'augmentation sensibles de logements aucun projets de petits commerces de proximité n'apparait ce qui pourrait désengorger un bourg déjà saturé malgré de réels efforts réalisés. ceux qui hésiteront à aller se fourvoyer dans le centre à certaines heures iront faire leurs achats dans d'autre communes et souvent en grande surface...

Tanguy MENJOT

21/01/2020
Legoff a dit :

Bonjour,

Compte tenu de la proximité directe des projets de la ZAC Clais - Centre Bourg - Touraudière avec les zones inondables existantes à Pacé (notamment de la Clais), il nous semble essentiel de vous faire parvenir nos réflexions.

Tout d'abord, nous avons pu réaliser un état des lieux précis de la situation actuelle lors des dernières crues de la Flume, dont celle du vendredi 20 décembre 2019.

Nos observations sont de 2 natures :
L'étude des courbes sur le site internet de Vigicrue lors du mois de décembre 2019 montre une élévation d'une rapidité jamais observée du niveau de la Flume, au regard de la pluviométrie évaluée en volume/temps. Ce constat est partagé par le syndicat de la Flume qui a été " surpris de la montée extrêmement rapide de la Flume ". Ceci revient à nous faire penser que les bassins de retenue d'eau sont insuffisants en nombre et en volume au regard de l'urbanisation, et/ou qu'ils ne sont pas fonctionnels.
L'observation visuelle des zones inondées et des bassins de rétention des eaux pluviales. En effet, le dimanche 22 décembre, soit 48 h après les inondations (alors que le relevé de Pacé Tixûe indiquait encore 1,90m), seuls les bassins de Champalaune et celui au sud-ouest de la future Touraudière contenaient de l'eau. Les bassins à l'ouest de l'école du Haut Chemin à Pacé et surtout la zone d'expansion de crue du ruisseau du Saut Bois à Gévezé (conçu pour retenir 150 000 m3) étaient désespérément vides, alors que l'eau menaçait encore les constructions au Pont de Pacé. Pour Champalaune (110 000 m3), la vanne était partiellement ouverte, permettant de débuter la vidange progressive du bassin.

Ceci nous a amené à étudier en détails le dossier proposé sur le site de la Mairie de Pacé concernant l'aménagement de la Clais, du centre bourg et de la Touraudière.

Pour ce qui concerne la gestion des risques d'inondation, malgré nos mises en garde lors de réunions préparatoires à ces ZAC (dont la dernière le 27 novembre 2019), ainsi qu'une réunion spécifiquement organisée au sujet des inondations le 15 novembre 2017, il semblerait que nous ayons été mal écoutés.

Pour ce qui concerne le lotissement de la Clais, le projet d'IAO SENN (Gwenaël Desnos, par ailleurs injoignable...) nous donne pour la première fois des chiffres (Dossier Plan technique des secteurs - Plan du réseau des eaux pluviales - page 3 sur 22).
Il s'agirait de réaliser un bassin de 660 m3 au sud ouest de la zone aménagée, ainsi que des noues, principalement à l'est, en partie basse du terrain, d'une volumétrie additionnée de 587 m3.
Soit un total de 1247 m3.
Ceci correspondrait au " stockage " possible de 35 mm de pluie sur une surface de 50% de la surface aménagée de la Clais, soit environ 35000 m2.
Ces chiffres sont respectables.
Sauf que ces noues, une fois remplies par les pluies saisonnières habituelles ne pourront pas être vidées en temps voulu et de manière contrôlée, pour permettre de remplir leur rôle de collecteur en situation " d'urgence inondation ".
De plus, comme il n'est pas prévu de vanne au bassin de 660 m3, il aura très probablement une inutilité comparable au bassin du ruisseau du Saut Bois de Gévezé, ainsi que celui à l'ouest de l'école du Haut Chemin à Pacé.
Voici donc des projets d'ouvrages, séduisants sur la papier, donnant bonne conscience aux élus locaux, mais sans espoir pour les riverains de la Flume.

Enfin , pour le projet de la Touraudière, les plans ne nous livrent aucun chiffrage. Le reméandrage du ruisseau de la Créspinière n'aura probablement aucune utilité, comme celui réalisé dans le champ à l'est de la future zone de la Clais, totalement sous les eaux les 20, 21 et 22 décembre derniers !

En conséquence de quoi, nous demandons la suspension immédiate de ces projets, en attendant de nous donner de vraies garanties.

Valérie et Gérald LEGOFF, le Pont Amelin, Pacé.

18/01/2020
Nidau a dit :

bonjour
Nous sommes inquiets des répercussions que pourraient avoir la construction de tant de maisons sur le terrain de la Claie, suite aux pluies torrentielles de l'automne et de ces derniers jours;
Nous habitons au bord de la Flume dans la résidence du Vergéal et nous avons "paniqué" à la vue de la montée des eaux; Ces constructions ne vont-elles pas aggraver cette situation??;
Des études concernant le terrain ont-elles été sérieuses?
D'autre part, nous craignons que la venue d'autant de personnes dans ce quartier calme, nous apporte des nuisances sonores et des passages incessants de véhicules traversant notre résidence ( notamment pour repoindre la RN 12). Ce serait très dommageable pour les résidents. La valeur de nos maisons risque d'en souffrir;
Il serait bien de tenir compte de tous ces éléments. Merci

12/01/2020
Dizul a dit :

Concernant les "liaisons douces", plus précisément, les pistes cyclables. Dans la ZAC multisite, des pistes cyclables/piétonnes, nombreuses, sont bien prévues. Très bien. Hors Pacé, le Réseau Express ou Voie Expresse reliant Pacé à Rennes sera aménagée par Rennes Métropole. Très bien. Qu'en est il d'un piste cyclable entre Pacé et Saint Grégoire ? La 4 voies Rennes/Saint Malo constituant une barrière difficilement franchissable. Devrons nous nous contenter d'une seule "voie/piste" pour aller vers Rennes, ou Saint Grégoire ?

12/01/2020
Dizul a dit :

Bonjour. En terme d'espaces verts on cite beaucoup l'existant, à savoir "La Flume", principalement. L'extension urbaine en périphérie se fait par la suppression/transformation de 40Ha de terre agricole au profit de l'urbanisation. Sans compter la densification du centre bourg. Sauf erreur, je ne vois aucun projet de création de nouveau parc ou prolongement de la Flume, ou autre...Tout repose sur ce qui existe déjà. C'est regrettable , d'autant qu'à terme la commune attend au bas mot 1000 logements supplémentaires, soit 3000 "nouveaux" habitants.

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct