Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > Vie sociale - Vivre ensemble et solidarité > Trois questions à Agnès Danset

Trois questions à Agnès Danset

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

 

 

Adjointe au maire en charge de l’action sociale

 

Quelles sont les actions de la commune pour faciliter la mixité sociale et le vivre ensemble ?

La volonté de la commune de favoriser la mixité sociale se traduit tout d’abord par la mise en oeuvre du programme local de l’habitat (PLH), élaboré à l’échelle de Rennes Métropole. Cela prend forme par des constructions de logements sociaux au milieu de quartiers résidentiels. Des personnes de niveau de vie, de cultures et d’origines variées peuvent ainsi se mélanger.
Le bien vivre ensemble doit prendre en compte les évolutions des problématiques sociales. De nouveaux types de fragilité sont apparus et les formes traditionnelles de solidarité changent. Nous nous efforçons de renforcer la solidarité et de consolider le lien social, en dynamisant la vie locale ou encore en favorisant les échanges et le lien intergénérationnel.
L’utilisation des équipements et services publics favorisent ce lien social. La carte Sortir permet, par exemple, l’accès à la culture et au sport pour tous. Les jardins familiaux constituent un lien de vie sociale où se multiplient les contacts et les échanges. Les rencontres intergénérationnelles entre les enfants des multiaccueils ou de l’accueil de loisirs et les résidents des EHPAD contribuent aussi au vivre ensemble.

Comment sont pris en charge la dépendance et le handicap ?

Plus on vieillit, plus le risque de devenir dépendant grandit. Le vieillissement de la population conduira, dans les années à venir, à une augmentation du nombre de personnes âgées et donc à un accroissement de personnes dépendantes. Or, les personnes âgées ne veulent pas faire peser cette perte d’autonomie sur leurs enfants.
La prise en charge de ces personnes peut se faire conjointement par la solidarité familiale, avec l’aide apportée par les proches, et la solidarité collective par le biais de prestataire à l’aide de l’allocation personnalisée à l’autonomie (APA).
Pour pouvoir continuer à vivre dans un cadre de vie habituel, il peut être nécessaire de réaménager son logement et de prévoir des aides à domicile. Les résidences pour les seniors, avec des domiciles adaptés au vieillissement (maison Héléna) peuvent être une bonne solution. Des habitats spécifiques dédiés à l’accompagnement de la personne vieillissante et adaptés aux personnes à mobilité réduite – avec des espaces collectifs et des services aux résidents sont aussi des solutions à privilégier. Dans le cadre de la réhabilitation de la Résidence du Parc, nous avons eu l’opportunité de créer huit logements dédiés à des personnes souffrant de troubles psychiques nécessitant un accompagnement dans leur vie quotidienne parallèlement à la continuité de l’accès aux soins. Je suis sensible à ce mode d’accueil car nous savons aujourd’hui combien il est difficile de trouver des établissements pour les personnes handicapées.

Quels sont les projets communaux dans le domaine social ?

Dans tous les projets que nous décidons de mener, nous favorisons toujours la proximité.
Un nouveau programme de logements sociaux sera achevé en 2017. Deux immeubles situés sur la tranche 7 de Beausoleil sont en cours de construction. Les bailleurs sociaux Neotoa et Espacil proposeront respectivement 55 et 28 logements à la location. Des jardins partagés et familiaux seront aménagés au pied de ces bâtiments.
Dans la prochaine ZAC multisites (La Clais/La Touraudière/ centre-bourg), l’accession aidée à la propriété sera favorisée. A l’image de ce qui a été fait à Beausoleil, elle bénéficiera aux ménages dont les ressources ne leur permettent pas d’acquérir un logement neuf.
Une réflexion est aussi en cours pour aménager un accueil de jour itinérant dans les communes du Syrenor qui possèdent la compétence action sociale (Pacé, La Chapelle- des-Fougeretz, Parthenay, Montgermont, Gévezé). Ce projet, porté par l’association Les Chenus qui gère l’EHPAD Les Trois Chênes, permettrait d’accueillir les personnes désorientées et d’offrir ainsi aux aidants quelques heures de répit.
Le CCAS étudie, pour sa part, la possibilité de proposer aux habitants l’accès à une mutuelle à moindre coût ouverte à tous. En effet, la problématique de l’accès aux soins et à la santé est un phénomène bien connu aujourd’hui. L’une de ces manifestations les plus sensibles se traduit par la non souscription d’une couverture complémentaire de santé, qui entraîne généralement un renoncement à de nombreux soins.

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct