Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > Une agriculture moderne et responsable > Un patrimoine naturel à gérer et entretenir

Un patrimoine naturel à gérer et entretenir

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Les agriculteurs du territoire sont bien souvent les premiers gestionnaires du patrimoine naturel très riche de la commune: cours d’eau, zones humides, bocage.

Pacé compte près de 50 km de cours d’eau. Pour les protéger, les agriculteurs doivent implanter des bandes enherbées qui jouent le rôle de zones tampons et réduit ainsi le transfert de polluants et de particules du sol vers les cours d’eau.

La réglementation impose l’installation de couverts hivernaux qui piègent les nitrates non consommés par les cultures ce qui a permis de fortement diminuer les concentrations nitrates dans les cours d’eau.

Par ailleurs, le Code de l’environnement demande à ce que les propriétaires riverains des cours d’eau, bien souvent des agriculteurs, en assurent un entretien régulier. Les agriculteurs participent également aux programmes de restauration des cours d’eau portés par le Syndicat du bassin de la Flume, en permettant l’accès à leur parcelle pour réaliser les travaux de restauration. Ils entretiennent les 185 ha de zones humides de la commune, ce qui représente 8,3% de la surface agricole. Ces dernières jouent un rôle essentiel dans la gestion hydraulique des cours d’eau. Elles sont gérées majoritairement en prairie par fauche, avec un passage au cours de l’été lorsque les sols sont suffisamment portants, et/ou par pâturage.

Le bocage marque également le paysage pacéen. Il est encore très présent avec plus de 270 km de haies, soit une densité de 108 m/ha de surface agricole. Toutefois, ce bocage est fortement dégradé car très vieillissant. Au total, sur la période 1975-2005, 18 km de haies ont été plantées sur la commune. Le programme Breizh bocage, financé par l’Agence de l’eau, l’Europe, Rennes Métropole et le Syndicat de la Flume a pris le relais avec 5,7 km de haies plantées depuis 2011.

Protection des cours d’eau : jardiner sans pesticides

Sur les surfaces imperméabilisées ou semi-perméables, les pesticides peuvent atteindre rapidement les réseaux et les cours d’eau via le transfert par ruissellement des eaux pluviales sur les surfaces traitées. Comme en témoigne le suivi de la qualité de l’eau, réalisé par le Syndicat mixte du bassin de la Flume, les concentrations en glyphosate dans les cours d’eau sont quasi-systématiquement supérieures en aval des zones urbaines par rapport aux zones exclusivement agricoles.

Conscientes du risque accru de pollution en zone urbaine, les communes du bassin versant de la Flume se sont engagées depuis de nombreuses années à une diminution importante de l’utilisation des pesticides pour l’entretien des espaces communaux, voire à une suppression de leur usage comme c’est le cas à Pacé depuis 2012. L’adoption récente de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (22 juillet 2015) oblige les particuliers à jardiner également sans pesticides puisque leur vente en libre-service est interdite depuis le 1er janvier 2017, et il ne sera plus possible de les trouver dans le commerce à partir de l’an prochain.

De nombreuses méthodes alternatives existent pour jardiner au naturel. Certaines d’entre elles sont décrites sur le site Internet de la maison de la consommation et de l’environnement «Jardiner au naturel, ça coule de source». (www.jardineraunaturel .org)

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct