Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > Rive Ouest > Trois questions à Philippe Rouault

Trois questions à Philippe Rouault

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Adjoint au maire en charge du développement économique et de la prospective

 

 

 

 

 

 

Quels sont les enjeux du développement de Rive Ouest pour la commune de Pacé ?

L’enjeu majeur du développement de Rive Ouest répond au besoin de rééquilibrage du développement économique de la métropole rennaise à l’ouest de Rennes, démarche engagée depuis la création de cette zone il y a plus de 20 ans par les élus de Pacé et confortée lors de la création de Rennes Métropole en 2000, cette zone devenant communautaire.
Ce développement économique créée des emplois: 1450 personnes travaillent actuellement sur rive Ouest et 2500 à terme. Ce rééquilibrage économique devrait entrainer moins de déplacements de véhicules sur les routes rennaises, toute proportion gardée, la commune privilégiant les personnes qui travaillent à Pacé lors de l’attribution de terrains ou de logements. Il est important que l’accueil de population nouvelle aille de pair avec la création d’emplois.
Rive Ouest accueille des commerces, des activités industrielles et artisanales et des bureaux. La densification permettant une moindre consommation de foncier est un leitmotiv avec des solutions différentes selon les activités: bureaux sur trois ou quatre étages, lancement prochain d’un troisième village des artisans après les deux premiers qui regroupent une vingtaine d’entreprises, ceci permettant la mutualisation d’espaces, nettement moins consommateur de foncier que le simple bâtiment entouré de parkings.

Quelles sont les conséquences pour les collectivités locales et les habitants ?

Rive Ouest contribue à la réalisation d’équipements publics, tout d’abord des infrastructures routières nouvelles avec la création prochaine d’une bretelle d’accès depuis la RN12 devant IKEA et le futur centre commercial ainsi qu’un nouveau giratoire sur la RD 29, ce qui permettra aux habitants du secteur de Beausoleil et aux personnes travaillant sur le parc d’activités de la Teillais d’accéder directement sans passer par le giratoire du Ponant et le boulevard Dumaine de la Josserie. Ces infrastructures routières amélioreront la desserte bus en réduisant la distance de trajet et en supprimant l’effet tiroir actuel du trajet des bus au retour de Rennes. Ces travaux seront réalisés sans interruption de la circulation.
L’amélioration des temps de trajet et l’augmentation du nombre d’emplois engendreront à terme un nombre de rotation plus important des bus, améliorant ainsi l’offre pour les Pacéens. La future piscine intercommunale sera implantée au cœur de Rive Ouest, à proximité du château d’eau.
Rive Ouest génère des recettes fiscales pour la commune, l’intercommunalité, le département et la région: taxe foncière, contribution foncière des entreprises, contribution sur la valeur ajoutée des entreprises, taxe locale sur la publicité extérieure, droits de mutation. L’Etat quant à lui perçoit la TVA et l’impôt sur les sociétés. Sans oublier les impôts que paient les salariés ainsi que les charges sociales versées par les entreprises et les salariés permettant de financer les retraites et notre système de soin. Je rappelle tout ceci pour insister sur l’importance de la création d’entreprises tant pour l’emploi que pour le financement des services publics.

Pourquoi ce projet de centre commercial dans la vie économique locale et métropolitaine ?

Ce centre commercial a été initié et piloté par Rennes Métropole afin de compléter l’offre commerciale de la métropole rennaise qui a lancé un appel à candidatures sur la base d’un cahier des charges très précis. Le choix de Rennes Métropole en 2013 s’est porté sur le projet présenté par la Compagnie de Phalsbourg. Ce sont les recours juridiques incessants d’un porteur financier de quelques cellules commerciales de Cap Malo à la Mézière qui ont retardé son lancement opérationnel.
Rennes Métropole accueillera 50 000 nouveaux habitants dans les 10 prochaines années et en a déjà accueilli autant depuis les premières réflexions sur ce projet. Sur les 450 000 habitants de la métropole, 250 000 résident en dehors de Rennes-ville, sans compter le secteur d’influence à l’Ouest et au Nord-ouest plus large que le périmètre de la métropole. Faut-il que tous ces habitants de la grande périphérie rennaise soient obligés, pour leurs achats non quotidiens et ne relevant pas des commerces de proximité, de se déplacer vers les centres commerciaux de la ville de Rennes intra-rocade avec toutes les difficultés d’accès et d’encombrements que cela comporte? Ce projet de centre commercial a pour objectif de contribuer au maintien de l’attractivité commerciale de l’agglomération rennaise et serait d’une conception novatrice tentant d’assurer une combinaison entre l’e-commerce en pleine progression et l’exposition physique en magasins de moyenne taille où le client peut trouver conseil et services. Sans l’accès et l’utilisation combinée du commerce électronique avec Internet, nos enseignes indépendantes continueront de perdre pied, les multinationales du net captant la valeur ajoutée sans retombées économiques sur nos territoires (emploi, évasion fiscale,…).
L’ouverture de CORA, de sa galerie marchande, de Truffaut et d’IKEA n’ont pas été dommageables au centre-bourg de Pacé qui a vu son nombre de cellules commerciales et sa fréquentation augmenter ainsi que celle du marché hebdomadaire. Nous l’avions annoncé lors de l’ouverture de CORA en 1996 et cela s’est vérifié ensuite.
Les élus successifs de Pacé ont toujours milité pour le maintien d’une ceinture verte importante entre Rennes et Pacé, dont la limite a toujours été fixée sur la route de Mellon, côté Pacé, de manière intangible. A noter que côté Rennes, le projet de nouveau Plan Local d’Urbanisme intercommunal prévoit une réserve foncière à urbaniser d’environ 50 hectares qui franchit la rocade sur le territoire de Rennes. S’il y a des interrogations sur des réaffectations en vocations agricoles définitives n’est-ce pas de ce côté de Rennes qu’il y a lieu de regarder au titre de la protection de notre ceinture verte? Ceci permettrait de répondre aux aspirations de toutes les personnes, élus et citoyens qui se sont exprimées en faveur d’une moindre consommation d’espace agricole. L’enquête publique concernant le PLUi qui va avoir lieu au mois d’avril sera l’occasion d’apprécier la pertinence ou non de cette éventualité côté Rennes.

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct