Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > Plan Local d'Urbanisme intercommunal : Pacé dessine son avenir dans la métropole > Quatre questions à...

Quatre questions à...

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Jacques Aubert
Adjoint au maire chargé
de l’urbanisme et du développement durable

 

 

Quelle place pour chaque commune dans un grand PLU intercommunal à l’échelle des 43 communes dont la ville de Rennes ?

Nous savons que le dynamisme et l’attractivité de notre territoire est le fruit d’un travail en commun au sein d’une agglomération oeuvrant à un projet de développement d’ensemble. Ce projet de territoire a d’ailleurs, de longue date, été accompagné par une politique de logement prévoyant l’organisation du partage des efforts entre toutes les communes, au travers d’un programme local de l’habitat (PLH) évitant les ségrégations géographiques et sociales et visant à construire les logements nécessaires.
Cependant, les singularités communales sont également de nature à valoriser un aménagement réparti des activités, de la culture et des services, en proximité, pour un cadre
de vie de grande qualité et des lieux de vie diversifiés sur le territoire. C’est le concept de notre territoire-archipel à l’opposé des grandes métropoles-banlieue. Chaque commune trouve son autonomie, son rôle dans l’armature urbaine, au plus près de tous les besoins des habitants, pour une qualité de vie à la fois riche socialement et encore au contact avec la nature.
Aussi, nous souhaitons que la base réglementaire du PLUi (zonage et règles de construction) harmonisée à grande échelle, n’affaiblisse pas l’émergence de dessins urbains communaux spécifiques au contexte de chaque commune et que subsiste une place pour l’innovation urbaine locale.
C’est dans cet esprit que sont élaborées les « Orientations d’aménagement et de programmation communale » (OAP). Pour Pacé, notamment au centre bourg ainsi que dans les deux futurs secteurs d’extension (La Clais et La Touraudière), nous visons à poursuivre l’installation de formes urbaines adaptées à l’échelle de la commune, de son patrimoine historique, naturel, et dans le souci de conforter le rôle du centre comme lieu d’animation, de rencontres et d’offre en commerces et services de proximité, sans être dépendant, pour l’essentiel, de Rennes ville.

Comment apparaitront les particularités communales dans le PLUi ?

La définition des différentes zones (urbaines, à urbaniser, agricoles, naturelles,…) ainsi que les règles de construction s’y appliquant, sera unique et commune aux 43 communes. Par contre, chaque commune aura à choisir l’affectation de ses différents secteurs dans le zonage qui lui apparaîtra le mieux adapté, selon la typologie des constructions existantes ou à faire évoluer (bâtiments de centre-ville, secteur pavillonnaire, immeubles en ZAC ou lotissements, etc.).
Des compléments spécifiques aux règles générales d’urbanisme pourront être ajoutés au niveau local sur la carte des zonages, par exemple la hauteur permise sur rue, des distances de retrait par rapport aux limites séparatives ou sur rue,…


Quelle suite du travail pour aboutir à un PLUi terminé fin 2019 ?

L’élaboration du zonage est évidement une partie essentielle d’un PLU, attendue par les citoyens, ainsi que l’écriture des règles de construction. C’est ce travail qui est actuellement
en cours avec Rennes Métropole. Il devrait être mis en forme pour fin juin de cette année.
Il faut également ajouter la refonte et l’harmonisation de l’inventaire du patrimoine bâti d’intérêt local, l’inventaire des zones humides et des cours d’eaux, le classement des haies, bois et bosquets en deux catégories selon leur importance écologique et paysagère ou pour la trame dite verte et bleue des grands corridors écologiques.
Nous aurons à revenir sur tous ces éléments, sachant que l’année 2019 sera, elle, consacrée aux phases plus formelles des consultations sous forme d’enquête publique officielle
et des services publics compétents.

... et Philippe Rouault
Adjoint au maire chargé du développement
économique et de la prospective

 

 

Quels enjeux pour la commune de Pacé ?

Le premier des enjeux et non des moindres est de conserver les particularités de notre commune qui en font son charme : le centre-bourg remarquable avec son église, son bâti ancien, ses parcs (Touche-Milon, Bon Pasteur, vallée de la Flume et de Champalaune), sa qualité de l’urbanisme et des constructions, ses grandes zones d’espaces verts, tout en poursuivant notre développement.
Le deuxième est celui du développement des équipements publics. Nous prévoyons une réserve foncière sur le secteur de l’Etang, à proximité des collèges, en capacité de répondre
aux besoins de notre commune pour les décennies à venir.
Le troisième est de limiter la consommation de foncier agricole en permettant l’évolution des exploitations agricoles, quel que soit leur modèle, en conservant nos paysages caractérisés dans certaines zones par un bocage de grande qualité, ainsi que par un riche patrimoine bâti ancien à préserver ou réhabiliter .

 

 

 

 

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct