Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > Mémoires de Pacéens

Mémoires de Pacéens

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Une promenade insolite à travers la commune

Baptisé Mémoires de Pacéens, ce projet de valorisation de la mémoire de la commune sera inauguré le 21 septembre à l'occasion de la Fête du patrimoine. Fruit d'un travail d’enregistrements sonores réalisés auprès de treize anciens Pacéens d’une part et d’une collecte d’objets et de photographies des années 1950 à 1970, par l’association si Pacé m’était conté, cet événement met en lumière la vie quotidienne des habitants au siècle dernier, d'une manière originale.

À partir du 21 septembre, Pacé vivra à l'heure du XXe siècle, plongeant les Pacéens dans la mémoire collective de leur commune. L'objectif de l'événement? Raconter le village d'autrefois à travers le prisme de ses propres habitants. « L'oralité et le sonore seront utilisés comme outils de médiation du patrimoine culturel par l’intermédiaire d’un parcours sonore et visuel dans la ville et d’un espace audio décoré à l'ancienne. Ce dernier sera installé à la médiathèque du 21 septembre au 12 octobre. L'un comme l'autre permettront aux habitants d'écouter des petites cartes postales sonores de trois à cinq minutes, sur une application mobile pour le parcours en extérieur, avec un ancien téléphone à cadran à la médiathèque », explique Gaëlle Guérin, adjointe au maire en charge de la vie culturelle. « Les cartes postales sonores sont construites à partir d'extraits croisés de souvenirs d'anciens Pacéens, recueillis depuis fin 2016. Chacune d'entre elles offre une ambiance sonore, un condensé d'une ou plusieurs voix du Pacé d'autrefois. Elles rendent compte d'un lieu, d'un cadre de vie par des sons », complète Uriell Hirel, chargée de projets et réalisatrice à l'agence culturelle Paysages Sonores. Des extraits de ces enregistrements ont déjà été publiés régulièrement dans la rubrique Portrait de Vivre à Pacé et peuvent être écoutés dans leur version intégrale sur le site de la ville.

A la demande de la mairie, la réalisatrice a imaginé et conçu ce projet avec une équipe de professionnels bretons, notamment Luc Pérez pour les illustrations, tout en travaillant en étroite collaboration avec les élus et les services municipaux.

Si l'ensemble des témoignages enregistrés totalise plus de quinze heures de récits, un long travail de sélection a dû être effectué pour aboutir à seulement vingt-et-une cartes postales sonores. « C'est toujours très frustrant mais il est impossible de tout dire ! Mieux vaut suggérer pour donner envie d'échanger avec ses proches ou ses voisins autour d'une anecdote entendue. En ravivant la mémoire, on crée aussi du lien social grâce au partage de souvenirs qui en découle avec les autres habitants », précise la réalisatrice. Sans oublier que ces témoignages n'ont pas vocation à apporter une vérité historique sur la commune.
« Subjective par définition, de l'ordre du vécu et du ressenti personnel, la parole des habitants est donc davantage utilisée dans le but de faire découvrir le passé de la commune de manière ludique et sensible », poursuit Uriell Hirel.
En complément de ces témoignages sonores, l’association Si Pacé m’était conté a procédé à un travail de recueil de divers objets représentatifs du quotidien sur la période 1950–1970. D’anciens outils, habits, meubles et mobilier d’intérieur, photographies… ont été confiés à l’association par les habitants de la commune. Regroupés par thématique, ils seront exposés à la Galerie, à l’espace Le Goffic du 21 septembre au 6 octobre inclus.
« Mémoires de Pacéens » marque la volonté de la mairie de transmettre la mémoire collective aux nouveaux Pacéens tout en permettant aux plus anciens de se remémorer des souvenirs communs », conclut Gaëlle Guérin. 

à votre service
    lettre d'information 

    pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

     
    accès direct