Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Vie municipale > L'édito du maire

L'édito du maire

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Finances communales
Situation saine, orientations claires

Ce mois de mars verra l’ouverture et l’inauguration officielle de l’extension de l’Espace Le Goffic, comportant une nouvelle salle de spectacles de 170 places « L’Escapade », une galerie d’exposition, des salles de répétition pour la musique et le théâtre, des locaux spécifiques pour la MJC, notamment pour les activités qu’elle anime pour les jeunes… Cet équipement très attendu, que nous vous présentons dans le dossier central de ce numéro de « Vivre à Pacé », enrichira de façon importante l’activité culturelle et associative de notre commune. Il viendra compléter les équipements existants, le Ponant (construit en 2000), la première tranche de l’Espace Le Goffic (ouverte en 2007), la Médiathèque, l’école de musique et de danse « Accordances » du Syrenor, la salle de la Métairie…
Cette extension de l’Espace Le Goffic constitue l’un des investissements les plus conséquents du mandat municipal 2014 – 2020 (2,6 millions d’euros TTC).
En début de mandat, nous avions inauguré des équipements sportifs de qualité : stade d’athlétisme, terrain de foot synthétique et terrain d’honneur refait (2 millions d’euros pour ces réalisations), réaménagement de la salle Émeraude avec pose d’un parquet (notamment pour les matches du COP Rink-Hockey).
Nous avons aussi réalisé d’importants travaux de voirie, l’aménagement de la piste cyclable Pacé-Montgermont, l’extension du mur anti-bruit au Pont de Pacé, l’extension du cimetière de Beausoleil…
Au total, depuis 2009, nous avons réalisé en moyenne 3 millions d’euros d’investissements nouveaux chaque année, afin de répondre aux besoins de la population pacéenne, en croissance forte et régulière, avec près de 12 000 habitants aujourd’hui. Notre commune est l’une des communes d’Ille-et-Vilaine qui a le plus progressé ces dernières années (3,4 % par an en moyenne de 2009 à 2014), principalement grâce au quartier de Beausoleil (1 600 logements livrés en 10 ans).
Et nous avons réussi à le faire malgré la baisse importante des dotations de l’État (-1,4 million d’euros cumulés entre 2013 et 2017), en maîtrisant nos charges de fonctionnement et en empruntant le moins possible (719 000 € par an en moyenne en 8 ans). Le tout sans augmenter les taux communaux depuis 2010, pour la 7e année consécutive.
Ainsi, notre endettement par habitant a été divisé par deux, entre 2008 et 2016, puisqu’il est passé de plus de 1 600 € à moins de 750 €, grâce à notre politique volontariste de maîtrise et de désendettement.
Notre situation financière est donc très saine, avec des dépenses de fonctionnement raisonnables : 762 € / habitant, contre 805 € pour les 42 communes de Rennes Métropole hors la Ville de Rennes et 1 223 € pour la moyenne des communes françaises de plus de 10 000 habitants. Nos recettes de fonctionnement (majoritairement composées du produit des impôts locaux) sont de 955 € / habitant, contre 974 € pour les 42 communes de Rennes Métropole hors Rennes et 1 335 € en moyenne pour les communes de plus de 10 000 habitants.
Cette situation positive nous a permis de dégager des capacités d’investissement non négligeables, pour l’extension de l’Espace Le Goffic, mais aussi pour les nouveaux investissements prévus cette année et les années prochaines : programme d’accessibilité de nos bâtiments publics aux personnes à mobilité réduite, réaménagement de l’accueil de la mairie, extension de la salle Hermine au Ponant, nouvelle salle de sport, dont le programme fait l’objet d’échanges avec le COP et ses différentes sections…
Évidemment, comme pour chaque équipement nouveau, comme pour l’extension de l’Espace Le Goffic, une concertation approfondie avec les futurs utilisateurs permet de répondre au mieux aux besoins des Pacéens et de leurs associations, de réaliser des équipements fonctionnels, tout en maîtrisant les coûts pour ne pas grever les finances communales. C’est cela la concertation, c’est cela la démocratie participative.
Pour autant, ce n’est pas le COP ou quelque autre association qui définit la politique publique, mais bien la commune, contrairement à ce qu’ironise l’opposition. Et on est très loin, comme elle l’affirme dans une de ces formules à l’emporte-pièce qu’elle affectionne, d’un budget communal « en voie de congélation » !
Nous n’oublions pas évidemment le projet d’équipement aquatique intercommunal que nous travaillons avec les communes du nord-ouest et de l’ouest de Rennes. Notre bonne santé financière nous permettra de faire face à notre contribution pour cet équipement très attendu, qui devrait voir le jour vers la fin de ce mandat.
Loin d’être floues, nos orientations budgétaires sont claires : nous savons où nous allons, avec prudence, mais détermination, et nos choix sont et seront clairement exposés aux Pacéens, comme nous l’avons toujours fait.

Paul Kerdraon

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct