Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Les dossiers > Clôtures et haies de jardin

Clôtures et haies de jardin

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

L’insertion paysagère des constructions est une signature esthétique de Pacé. Depuis les premiers lotissements des années 60 autour du bourg, le végétal, les cheminements et rabines, sont fortement présents.

Après la mode des années 70-80 de haies de thuyas et lauriers, pauvres en biodiversité et d’aspect monotone, une nouvelle vision de la cité-jardins a été ouverte avec le lotissement du Bois de Champagne. Les haies et jardins y sont riches en essences végétales variées et fl euries. Rennes métropole avait à cette époque promu ce concept en l’accompagnant d’une vaste campagne de communication et en mettant largement à disposition du public les outils de conseil pour concevoir et réaliser ces plantations (guide de choix des espèces et de plantation).

Cette trame paysagère de qualité s’est poursuivie pendant les années 90 selon le même esprit sur tout le secteur du Chêne Amoureux-Vergéal. Plus de vingt ans après, le résultat est spectaculaire et la biodiversité s’est manifestement enrichie. L’attractivité de Pacé, aujourd’hui, doit beaucoup à cette qualité végétale du paysage urbain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus récemment, à Mondonin puis Beausoleil, pour aller au-delà du simple conseil, des cahiers des charges d’aménagement paysager ont été élaborés dans l’intention de fusionner encore davantage l’espace public et l’espace privé en une composition végétale et d’habitats écologiques visant à faire pénétrer la nature en ville, appellation plus récente de l’idée de cité-jardin. Ces cahiers des charges, annexés à l’acte de cession des parcelles, devenaient ainsi les guides pour chacun des nouveaux constructeurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels en sont les principes ?

  • Les clôtures s’eff acent dans les plantations disposées en quinconce de part et d’autre du simple grillage d’une hauteur limitée.
  • Les espèces végétales sont d’essences variées, fl euries.
  • Les cheminements et « rabines » de l’espace public sont des coulées vertes naturelles boisées avec sous-bois.
  • Une place est faite aux arbres fruitiers et si possible aux potagers.
  • L’entretien est naturel ou semi-naturel, respectueux des cycles de fl oraison pour favoriser le développement des pollinisateurs et en anticipation de la disparition de tous les pesticides.

Ce paysage urbain pacéen est cependant fragile. Sa pé- rennisation tient au respect des principes fondateurs lors d’opérations de rénovation.


 

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

 
accès direct