Ville de Pacé

vous recherchez

valider

Paysage de Pacé
Accueil > Environnement > Gérer durablement > Terre saine, communes sans pesticide

Terre saine, communes sans pesticide

Flux RSSImprimer la pageEnvoyer à un amiAugmenter la taille du texteRéduire la taille du texte

Pacé récompensée d’un label national

 

 

Jacques Aubert a reçu le label des mains de Ségolène Royal  dans les locaux du ministère  de l’Environnement.

 

 

 

 

Le 24 mars dernier, Jacques Aubert, adjoint au maire en charge de l’urbanisme et du développement durable, a reçu pour la commune le label « Terre saine, communes sans pesticide » des mains de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement. Ce label a été créé pour distinguer les collectivités territoriales exemplaires en termes de gestion sans pesticide de leurs espaces publics. Pacé et Pontivy sont les deux seules communes bretonnes à avoir été récompensées parmi les 111 premières collectivités lauréates au niveau national.

Ce prix vient récompenser le résultat d’un long travail initié depuis plus de dix ans à Pacé. Les agents du service des espaces verts, qu’il y a lieu de féliciter, pratiquent en effet depuis de nombreuses années la gestion différenciée des espaces verts ainsi que l’entretien sans pesticide des voiries et cheminements piétons communaux. Ce travail en a été facilité depuis l’acquisition d’une désherbeuse automotrice électrique à vapeur d’eau sous pression, que chacun peut voir opérer partout fréquemment. La ville avait déjà reçu le prix « Zéro phyto » , décerné par le Conseil régional de Bretagne, le 29 janvier 2015, aux communes qui n’utilisent plus de produits phytosanitaires.

Le label « Terre saine, communes sans pesticide » s’insère dans le cadre du plan national « France, terre de pollinisateurs » qui a pour objectif la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Il répond au constat d’un fort déclin des abeilles et autres insectes pollinisateurs. Or la pollinisation par les insectes est un service rendu par la nature, indispensable à la survie des trois quarts des espèces de plantes à fleurs, y compris agricoles. Elle représente une valeur économique de 1,5 milliard d’euros par an pour la France.

Les pratiques communales ont également valeur d’exemple pour les particuliers qui peuvent s’y référer. Ce sont des méthodes alternatives utilisables au jardin : haies libres fleuries, parties d’espaces engazonnés à laisser fleurir pour favoriser le développement des pollinisateurs, jardinage au naturel des potagers, compostage de ses déchets verts (zéro tontes envoyés en déchetterie), paillage des massifs et arbustes avec génération d’un sous-bois favorable à la biodiversité (hérissons, insectes et prédateurs, …). Tous les Pacéens sont ainsi encouragés à contribuer à la restauration de la biodiversité par l’extension de telles pratiques de conduite naturelle et semi naturelle dans leur jardin, sur leur terrasse et cheminements. Chacun est d’ailleurs amené à s’y préparer, la loi de transition énergétique et pour la croissance verte adoptée en 2015 étant venue confirmer l’extension aux particuliers de l’interdiction des produits phytosanitaires à partir de 2019 et leur suppression de la vente libre en jardinerie.
 

à votre servicelettre d'information 

pour vous inscrire à la lettre d'information, saisissez votre adresse courriel dans le champ ci-dessous

   
accès direct